Pôle Santé mentale adultes

 

L’activité psychiatrique adultes du centre hospitalier couvre l’ensemble du Sud Manche par le biais d’unités intrahospitalières destinées à l’hospitalisation complète et de structures extrahospitalières destinées à l’hospitalisation de jour et aux soins ambulatoires (Centre Médico Psychologique (CMP) et Permanence Infirmière d’Accès aux Soins Psychiatriques (PIASP). Une équipe de liaison et deux équipes mobiles complètent l’offre.

Urgences psychiatriques

Pour toute urgence en dehors des horaires d’ouverture, composez le 15.

Du lundi au vendredi de 9 h à 17 h, un infirmier d’accueil et d’orientation peut vous recevoir sans rendez-vous dans les centres médico-psychologiques d’Avranches (02 33 58 58 43), Granville (02 33 50 63 29) et Saint Hilaire du Harcouët (02 33 49 04 46)

Hospitalisation complète

6 unités sur le site de Pontorson : 3 unités d’admission (Normandie rez de chaussée, Normandie 1, Bretagne 1 et Gérontopsychiatrie), 2 unités au long cours (Bretagne 2 et Henri Ey) et une unité transversale d’activités thérapeutiques.

Les formalités administratives

Votre admission sera réalisée au secrétariat de l’unité qui vous accueille.Il vous sera demandé :

  • Une pièce d’identité : carte d’identité, livret de famille, passeport
  • Votre carte vitale ou l’attestation d’ouverture de vos droits
  • Votre carte de mutuelle
  • La notification de l’ouverture des droits à la Couverture Maladie Universelle (CMU) si vous en êtes bénéficiaire.

Si ces documents n’ont pas pu être fournis dès votre admission, nous vous remercions de bien vouloir régulariser votre situation le plus rapidement possible.

 

Lors de votre arrivée, vous êtes pris(e) en charge par l’équipe soignante qui vous conduira jusqu’à votre chambre et vous présentera le service. Il vous sera également demandé de désigner « la personne à prévenir » et la « personne de confiance » en cas de besoin, ainsi que ses coordonnées précises. (voir la rubrique Droits et obligations)

A votre arrivée, un inventaire d’admission est effectué par l’équipe soignante en votre présence. Un document récapitulatif est signé par les deux parties. Certains objets pouvant être jugés dangereux et/ou interdits dans le service pourront être retirés.

Les repas

Les menus sont composés par le service restauration de l’établissement en tenant compte des régimes alimentaires prescrits par le médecin. Pour ce faire, une diététicienne travaille en collaboration avec les professionnels des unités de soins et avec le CLAN (Comité de Liaison en Alimentation et Nutrition).Les repas sont servis dans la salle de restaurant de votre unité ou dans les chambres.Horaires indicatifs (se reporter aux règles de vie de chaque unité pour plus de précision) :

  • Petit-déjeuner à partir de 8h
  • Déjeuner vers 12h
  • Goûter à partir de 15h30
  • Dîner à partir de 18h

Le linge et les vêtements personnels

Prévoyez pour votre séjour d’apporter votre linge personnel en prenant soin de le marquer à votre nom ainsi qu’un nécessaire de toilette (savon, brosse à dents, dentifrice, nécessaire de rasage). Le linge de lit, de toilette et de table est fourni par l’établissement.

Les visites

Vous pouvez recevoir votre entourage dans votre chambre ou dans les pièces aménagées à cet effet en toute tranquillité, de préférence de 14h à 20h et en fonction des activités de soins proposées (sauf contre-indication médicale).Si des personnes de votre entourage souhaitent rester déjeuner dans l’unité, vous devez en informer le personnel à l’avance.

Le téléphone

En unité de psychiatrie, sauf contre-indication médicale, vous pouvez téléphoner et recevoir des appels dans votre unité de soins.Les portables ne peuvent pas être utilisés pendant le temps des activités thérapeutiques et ne doivent pas gêner l’entourage.

Vacances, week-ends, permissions

Selon les modalités d’admission et avec le consentement du médecin, vous pouvez sortir à la journée, passer un week-end en famille dès que votre état de santé le permet.Des autorisations de sortie peuvent être accordées par le médecin du service.

Cette décision dépend de votre état de santé et s’établit selon des règles différentes en fonction de votre mode d’hospitalisation.

S’il s’agit d’une hospitalisation libre, votre sortie se fera sur indication du médecin qui vous aura suivi.Mais, vous pouvez également à tout moment décider de votre sortie contre l’avis du médecin. Vous devrez alors signer une décharge de responsabilité.

Les formalités administratives

Avant votre départ, vous devez :

  • vous rendre au bureau des admissions afin :
    • d’obtenir les bulletins de situation nécessaires à la perception de vos indemnités journalières
    • de régulariser votre dossier de séjour et vous éviter ainsi une avance de frais importante. Si votre dossier est complet à votre sortie, les frais seront directement réglés à l’hôpital par l’assurance maladie et votre mutuelle (sous réserve de l’accord de cette dernière).
  • Dans les services hors du centre hospitalier, ces démarches sont effectuées auprès du secrétariat.
  • Informer le personnel soignant de votre départ afin de récupérer l’argent et/ou les objets de valeur que vous aviez éventuellement déposés lors de votre admission dans notre établissement.

Le cadre de l’unité ou le secrétariat peut vous accompagner dans votre démarche.

Le questionnaire de sortie

Afin d’améliorer constamment les conditions d’accueil et de séjour, et de répondre toujours plus à vos attentes, un questionnaire de satisfaction vous sera remis lors de votre décision de sortie.La satisfaction que vous exprimerez sera un encouragement pour l’équipe qui vous a soigné. Vos critiques seront un précieux enseignement et permettront l’amélioration constante de nos prestations.

Les modes d’hospitalisation
  • Ces soins sont privilégiés dès lors que votre état de santé le permet. Vous disposez des mêmes libertés individuelles que tout patient, dans le respect du règlement intérieur de l’établissement et des services.
  • L’équipe médicale dispensera les soins nécessaires et adaptés à votre rétablissement.
  • Les médecins décideront de votre sortie lorsqu’ils évalueront que votre état ne nécessite plus de soins à l’hôpital.
  • Vous pourrez alors être orienté vers l’une de nos structures ambulatoires afin de poursuivre la prise en charge.
  • La poursuite de la prise en charge pourra prendre la forme d’une consultation en ambulatoire dans les centres médico-psychologiques (CMP)
  • Ces CMP sont des unités d’accueil et de coordination pluridisciplinaires. Elles participent au diagnostic, aux soins et à l’orientation des patients. Ces structures sont réparties sur l’ensemble du sud du département. Vous pourrez alors consulter dans un CMP proche de votre lieu de résidence.

Vous pouvez faire l’objet de soins non consentis lorsque les troubles ne permettent pas d’obtenir votre adhésion aux soins et lorsque votre état de santé impose des soins immédiats assortis d’une surveillance médicale constante. Les patients en soins sous contrainte disposent des droits reconnus aux personnes hospitalisées. Toutefois, la décision de maintien en soins sous contrainte ne relève pas du patient mais du directeur de l’établissement (soins à la demande d’un tiers) ou du préfet (soins à la demande du représentant de l’état), sur la base des certificats médicaux. Le patient en soins sous contrainte ne peut quitter de son propre chef l’établissement.

Les soins sous contrainte sont réalisés sur la base de plusieurs certificats médicaux qui émanent de plusieurs médecins différents, à l’admission puis dans les 72 heures suivants l’admission et tous les mois le cas échéant. Ces soins interviennent :

  • à la demande d’un tiers et lorsque les certificats médicaux attestent que les troubles mentaux rendent impossible le consentement de la personne et que son état impose des soins immédiats assortis d’une surveillance constante. Le tiers peut être un membre de la famille, une personne susceptible d’agir dans l’intérêt du patient.
  • à la demande d’un représentant de l’état (préfet, maire) et lorsque les troubles de la personne compromettent gravement l’ordre public ou la sûreté des personnes.

 

Hospitalisation de jour

Unité de soins de jour orientée vers la réhabilitation psychosociale, utilisant des programmes de soins structurés (entraînement des habilités sociales, remédiation cognitive, soutien à l’immersion et la formation socio-professionnelle, programme d’ETP).

Plaquette hôpital de jour adultes

Consultation/CMP

Unité d’évaluation et de soins ambulatoires :

  • Consultations médicales, psychologues et infirmiers
  • Visites à domicile

Plaquette CMP

Psychiatrie de liaison

Évaluation et orientation de patients, hospitalisés sur l’hôpital général et/ou admis aux urgences, réalisées par un infirmier et un médecin psychiatre.

Filières

logo tca

Télécharger la plaquette

La prévention, la formation au repérage des troubles du comportement alimentaire constituent des enjeux importants portés auprès des partenaires (médecins libéraux, infirmiers libéraux etc), afin de faire connaître et faciliter les prises en charge de patients.

Une équipe pluridisciplinaire est à votre écoute et dédiée à des prises en charge qui inclue l’anorexie mentale, la boulimie, l’hyperphagie boulimique (Bing Eating Disorder) facteurs de surpoids ou d’obésité.Ces trois troubles du comportement alimentaire (TCA) sont décrits ainsi :

  • L’anorexie mentale : Restriction alimentaire et perte de poids intentionnelle
  • La boulimie : Compulsions alimentaires (absorption de quantités importantes de nourriture en peu de temps) associées à des vomissements ou d’autres conduites de contrôle du poids
  • L’hyperphagie boulimique : Compulsions alimentaires sans vomissement, avec prise de poids passée ou présente Chacun de ces troubles peut être associé à des complications physiques et psychologiques.Mais d’une manière plus générale, l’alimentation est une fonction vitale qui répond à trois nécessités : la régulation énergétique, la régulation nutritionnelle et la régulation émotionnelle.La personne présente un trouble du comportement alimentaire dès lors qu’une ou plusieurs de ces régulations nécessaires ne peuvent avoir lieu et qu’une souffrance est associée à l’acte de manger.

Télécharger la plaquette

La réhabilitation psychosociale concerne différents champ de la personne : clinique, fonctionnel et sociale. Les outils de la réhabilitation psychosociale permettent d’accompagner les difficultés cognitives, les troubles de l’insight, les difficultés du quotidien. Ces outils sont variés et visent à prendre en compte au mieux chaque difficulté au travers de dispositifs dédiés tel que la Thérapie comportementale, le soutien à l’insertion professionnelle, l’ergothérapie etc.

La réhabilitation psychosociale s’inscrit dans une démarche territoriale avec les associations, les partenaires, les usagers pour garantir une connaissance et une appropriation commune des dispositifs existants.

Dispositif en cours de déploiement

Les soins intensifs ambulatoires sont une alternative à l’hospitalisation en situation de crise. Le patient reçoit des visites des infirmiers spécialisés à domicile 3 à 5 fois par semaine.Passage des infirmiers libéraux pour la dispensation du traitement quotidiennement.Une consultation avec le psychiatre 1 fois par semaine au CMP sur une période maximale de 3 semaines.Les objectifs de cette prise en charge sont :

  • Éviter l’hospitalisation
  • Gérer la crise à domicile
  • Éviter la désinsertion sociale
  • Accompagner et soutenir les familles et/ou les aidants

La filière thérapie brève propose des groupes psychothérapeutiques transversaux, regroupant les patients autour d’un thème ou d’une pathologie donnée telle que les groupes psychothérapeutiques TCC (gestion du stress et des émotions etc), les thérapies familiales, les approches spécialisées pour les patients borderline etc. Elle porte également des prises en charge individuelles telles que l’hypnothérapie, les entretiens motivationnels.Cette filière est composée de plusieurs thérapies, plusieurs sous spécialités qui se déclinent sur l’ensemble du territoire au sein des CMP et au sein des filières: La thérapie familiale (CMP d’Avranches) la Relaxation (Avranches) la sophrologie (Saint-Hilaire).

La filière handicap psychique/hébergement accompagne les patients entrés dans la maladie de façon chronique. Cette filière travaille sur le maintien des capacités et de l’autonomie des patients notamment au travers les activités thérapeutiques (UTAT).

La Filière psychose émergente répond au repérage et au suivi par case management des personnes ayant des pathologies psychiatriques précoces et ou ayant un haut risque de transmission vers la psychose ou ayant déjà développé un premier épisode psychotique.

Les éléments cliniques compatibles avec une psychose émergente: un retrait social, une modification du fonctionnement psychosocial, un sentiment d’être différent, un trouble de l’attention, un trouble du cours de la pensée et de l’organisation de la pensée, une modification de la perception visuelle ou auditive.

La ligne médico-soignante de cette filière est mise sur la prise en charge de la personne âgée au plus près de leur lieu de vie (domicile, institution) avec intervention d’équipe mobile de psychiatrie de la personne âgée (EMPPA), dispositif unique employé avec succès sur notre secteur depuis plus de douze ans. Son fonctionnement et ses effectifs seront réévalués et ajustés en fonction des besoins du territoire (en partie par les soignants affectés auparavant à l’unité de gérontospsychiatrie d’admission).

L’évolution de la filière Géronto-psychiatrique est sujette à l’élaboration d’un projet de filière construit en groupe de travail qui conduira à l’ouverture d’une unité physique dédiée uniquement à la Géronto-Psychiatrie.

Le projet de filière s’appuie sur une coopération plus étroite sur notre territoire de l’équipe de Géronto-Psychiatrie avec les équipes et structures de gériatrie : Pôle gériatrique du Centre Hospitalier de l’estran notamment, Equipes gériatriques du Centre Hospitalier d’Avranches-Granville, Centre Hospitalier  de Saint Hilaire, Saint James, Villedieu, Mortain, l’activité de psychiatrie de liaison.

 

UTAT (Unité transversale d’Activités Thérapeutiques)

Télécharger la plaquette

 

Les patients hospitalisés en intra ou extrahospitalier peuvent bénéficier d’activités thérapeutiques et éducatives sous prescription médicale.

L’UTAT est composé de différents ateliers : Ateliers de remédiation cognitive, Ateliers de réhabilitation psychosociale, Activités sportives, Activités horthithérapies et approche de l’animal, Activités créatives.

Equipes mobiles

Intervention sur des situations de crise ou comportant des éléments de gravité pour évaluer et préconiser les suites à donner.

Équipe Mobile Précarité Exclusion – EMPE

Télécharger la plaquette

L’équipe favorise l’accès aux soins des personnes vulnérables ayant des troubles psychiques et/ou somatiques liés à l’exclusion et/ou aux difficultés sociales.
Elle participe au repérage des troubles psychologiques, des dépressions, conduites addictives (alcool, drogues…), signes précurseurs de geste suicidaire et de toutes pathologies psychiatriques.
Elle exerce ces missions en répondant à deux objectifs :

  • Aller au-devant de ces personnes, quels que soient les lieux où leurs besoins s’expriment, qu’elles soient repérées ou non.
  • Assurer une fonction d’interface entre les secteurs de psychiatrie et les autres acteurs de première ligne en charge des personnes en situation de précarité et d’exclusion.

Équipe Mobile de Psychiatrie de la Personnes Âgées (EMPPA)

Télécharger la plaquette

L’équipe favorise le repérage des troubles psychiques de la personne âgée de plus de 65 ans (Pathologies psychiatriques, troubles psychologiques, dépressions, signes précurseurs de geste suicidaire).
Elle évalue, analyse la situation de la personne en prenant en compte la personne âgée dans son environnement.
Elle oriente vers des soins appropriés.
Elle assure un suivi si nécessaire, un soutien psychologique en lien avec le projet de soin élaboré en équipe pluridisciplinaire afin de favoriser le maintien à domicile.

Équipe de réhabilitation psychosociale

Télécharger la plaquette
Une équipe mobile constituée de soignants pluridisciplinaires est à votre écoute.
Le rôle de cette équipe est d’intervenir sur les différents sites de l’ambulatoire et de recueillir les demandes des centres médico-psychologiques pour promouvoir le rétablissement des patients.
Les missions de l’équipe s’articulent sur deux axes : Un axe d’évaluation et un axe de soins ciblé sur la psychoéducation, la remédiation cognitive et les habiletés sociales.

VigilanS

Le dispositif VigilanS, a pour objectif général de contribuer à faire baisser le nombre de suicides et le nombre de récidives de tentative de suicide. Ce dispositif consiste en un système de recontacte et d’alerte en organisant autour de la personne ayant fait une tentative de suicide un réseau de professionnels de santé qui garderont le contact avec elle.

En février 2022, VigilanS était déployé dans 17 régions dont 4 régions d’Outre-mer. L’objectif est d’approfondir la couverture territoriale, afin que notamment, chaque région dispose d’un dispositif opérationnel d’ici fin 2022.

Toute personne hospitalisée pour une tentative de suicide se voit proposer son inclusion dans VigilanS au moment de sa sortie. Une carte ressource lui est alors remise lui indiquant le numéro de téléphone où elle pourra joindre les vigilanseurs, des soignants formés qui pourront répondre efficacement en cas de mal-être ou de problème. Ce numéro est un numéro vert, gratuit tant depuis un poste fixe que d’un portable, et disponible aux heures ouvrables.
Parallèlement, son médecin traitant et éventuellement son psychiatre traitant reçoivent un courrier les informant de l’organisation du dispositif et de l’entrée de leur patient dans celui-ci. Ils disposent eux aussi d’un numéro téléphonique dédié pour répondre à leurs questions.

 

VigilanS constitue un véritable outil de suivi qui procède en trois étapes :
 

  • A sa sortie de l’hôpital, le patient reçoit la carte avec le numéro de téléphone de VigilanS, qu’il peut contacter à tout instant afin de maintenir le dialogue ;
  • Si la personne a déjà fait plus d’une tentative de suicide, les vigilanseurs la contactent par téléphone entre dix et vingt jour après sa sortie de l’hôpital pour s’informer de son état de santé. S’il ne répond pas, le médecin traitant et le psychiatre sont contactés. Quant au patient, il reçoit une carte postale personnalisée ou un SMS tous les mois durant quatre mois ;
  • Au bout de 6 mois, toutes ces personnes sont rappelées pour une évaluation téléphonique détaillée de leur situation et de leur état de santé mentale. À la suite de cette évaluation, la veille est soit reconduite, soit terminée car jugée superflue.
Aller au contenu principal